Workplace

Côte d’Ivoire : Gbagbo exclu du FPI

Après sa décision de créer son parti, l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo a été exclu, samedi, du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), par le comité central du parti, présidé par l’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan.

«Le Président Gbagbo ne fait plus partie du Front Populaire Ivoirien », a indiqué le Comité central dans un communiqué final.

Lors d’une conférence de presse qui a suivi cette réunion, Affi N’Gusessan a dénoncé «la dérive autocratique» de l’ancien président ivoirien, qui avait décidé de créer un nouveau parti.

Pour lui, Laurent Gbagbo veut créer son parti parce que le FPI «lui impose la démocratie, lui refuse l’idolâtrie et le culte de la personnalité. Alors il part pour se tailler un parti sur mesure».

« Laurent Gbagbo reconnait implicitement qu’il n’est pas le président du FPI, en décidant d’aller créer un autre parti, de ne pas s’engager dans une bataille juridique et de contourner la pierre. Pourquoi pendant sept (7) ans s’est-il donc prévalu de ce titre pour semer la confusion au sein de l’opinion, entretenir cette crise de leadership ? », s’est-il interrogé.

Pour éviter la crise, Affi N’Guessan, a rappelé qu’il avait depuis trois semaines introduit une demande d’audience à laquelle son ex-patron n’a pas répondu.

« Cette attitude était dictée par une seule raison, cette même raison qui aujourd’hui conduit à la rupture : son refus de tolérer l’émergence d’un leadership autre que le sien », a-t-il souligné.

« Gbagbo a choisi la rupture, le schisme. C’est son choix, nous ne l’avons pas voulu », a ajouté Affi Nguessan.

Le FPI, créé par Laurent Gbagbo dans la clandestinité en 1982, est divisé depuis 2015, avec d’un côté un FPI “légal” reconnu par la justice ivoirienne dirigé par Pascal Affi N’Guessan, et de l’autre un FPI “Gor” (Gbagbo ou rien) resté fidèle à l’ancien président.

Attendu sur un chemin de réconciliation, le 9 août courant, au cours d’une réunion de cadres de la dissidence, Laurent Gbagbo a proposé de créer un nouveau parti, d’ici la mi-septembre.

L’ex-président reproche à Affi N’Guessan « de prendre en otage le Front Populaire Ivoirien, foulant ainsi au pied les années de sacrifice des militantes et militants du Parti ».

Agence Anadolu

Workplace