Congrès des sankaristes et progressistes : le Comité d’Organisation se dit prêt .

«Le comité est fin prêt pour relever le défi d’une organisation matérielle réussie de ce congrès», c’est la déclaration faite par Halidou Sanfo, lors de la conférence de presse tenue par le Comité d’Organisation du Congrès de fusion des forces sankaristes et progressistes, ce 26 octobre 2021.

Il était question de faire le point de l’organisation du congrès qui se tiendra les 30, 31 octobre et 1er novembre 2021 à Ouagadougou. Un congrès placé sous le thème: « L’ union des forces progressistes comme alternative crédible dans la lutte contre l’insécurité, pour le progrès du Burkina Faso».

Selon le président du Comité d’Organisation, Halidou Sanfo, 600 congressistes sont attendus pour les travaux à proprement dit, et 4000 militants prendront part à la cérémonie de clôture du congrès, prévue pour le 1er novembre 2021 à la Maison du peuple de Ouagadougou.

A cette occasion, des sankaristes et progressistes burkinabè, des délégations étrangères du Niger, du Mali, de la Côte d’Ivoire, de la Tanzanie, et d’autres pays d’Afrique et d’Europe, sont attendus. La fille de Julius Nyerere (ancien président tanzanien) a également confirmé sa présence.

Le principal animateur de la conférence de presse a confié à la presse qu’aujourd’hui, le Comité paritaire de fusion mis en place a été un appui auprès de la conférence des présidents, toute chose ayant permis de mener différentes actions, notamment, la mise en forme des documents de base devant régir le futur parti; l’organisation d’une rencontre des cadres de différents partis pour la constitution des équipes relais sur le terrain afin d’informer largement les militants; l’organisation des Assemblées Générales d’information et d’explication dans les provinces; la mise en place d’un comité national d’organisation du congrès de fusion composé de 12 sous-commissions et réunissant 58 membres de tous les partis et organisations de la société civile signataires.

À ce jour, 03 autres partis politiques (l’URD/MS, le CPP/FB et le PJD) et deux organisations de la société civile ( FASOKOOZ et la JSU), ont choisi de rejoindre ce front en constitution.

Halidou Sanfo, par ailleurs député de l’UNIR/PS, a également tenu à rappeler que les partis qui vont fusionner sont tous membres de l’APMP, donc comptables de la gestion du président Roch Marc Christian Kaboré.