Workplace

CHAN: les étalons tombent les armes à la main

C’était une finale avant l’heure pour Seydou Zerbo Krol et ses poulains, pour leur troisième match dans ce Championnat d’Afrique des Nations. Face aux lions indomptables, Krol faisait confiance à son 11 de départ précédent, à l’exception de René Zoungrana blessé et remplacé par Issaka Ouedraogo au poste de latéral droit.


Le match démarre par une possession camerounaise qui sonne d’ailleurs la charge avec un tir cadré dès la deuxième minute. La suite est un récital du jeune ailiers de RAHIMO, Hamed Belem. Le jeune burkinabè a tétanisé cette défense camerounaise, sur des chevauchés. Le long de son côté gauche, il a servi deux caviars tour à tour à Mohamed Lamine Ouattara et Ismahila Ouédraogo qui ne réussissaient pas à scorer. La horde des étalons poussait les Camerounais qui tentaient tant bien que mal de sortir la tête de l’eau avec le soutien de leur public. C’est avec amertume que les étalons rejoignent donc les vestiaires pour la mi-temps, sur le score de 0-0 au vu des occasions vendangées.


De retour des vestiaires, le jeu s’équilibre. Les Camerounais réussissent même à avoir la maîtrise du match par moment. Très remuant mais muet devant les buts, Mohamed Lamine Ouattara cède sa place à Yannick Pognongo à la 62e minute. Les occasions se font de plus en plus rared côté burkinabè. Krol decide donc de jeter son dernier va-tout en lançant d’abord Clément Pitroipa à la place de Sansan Dah, avant le troisième quart d’heure. L’attaquant du Vitesse FC, Aziz Kadeba, fait aussi son entrée à la 78e minute de jeu à la place de Clavert Kiendrebreogo.


Les trois entrants ne changent pas la physionomie du match. Pire, l’intensité baisse côté burkinabè. Les étalons vont pousser jusqu’à la dernière seconde, mais le score restera inchangé : 0-0. C’est donc les armes à la main que les étalons quittent la compétition. Le Cameroun, avec 5 points, accompagnera donc le Mali, premier du groupe avec 7 points.

Le très remuant Hamed Belem, quant à lui, se console avec le trophée de l’homme du match.

Workplace