Workplace

CHAN 2020 : voici comment le Maroc a conservé sa couronne

Tenant du titre et plus réaliste, le Maroc a conservé sa couronne en disposant du Mali (2-0) ce dimanche en finale du CHAN 2020 au terme d’un match fermé.

Comme attendu, les Marocains prenaient d’entrée les commandes du match, mais ils faisaient preuve d’une nervosité inhabituelle comme en attestent plusieurs relances ratées dont les Maliens ne profitaient pas. Cela n’empêchait pas les Lions de l’Atlas A’ de se procurer les premières occasions. D’abord par El Kaabi, qui manquait le cadre de la tête, puis sur un puissant coup franc direct de Rahimi repoussé par Diarra. Dans ce match fermé et haché par de nombreuses fautes, les tenants du titre déjouaient de plus en plus face à un adversaire plus remuant mais imprécis.

Lancé en profondeur, Koné butait sur Zniti qui remportait son duel mais se faisait mal à l’arrière de la cuisse. Même si Amsif était parti s’échauffer par précaution, le portier tenait sa place. A l’image de cette reprise de la tête de Koné qui filait à côté, les Aigles locaux continuaient par la suite de manquer de précision pour menacer des Marocains bloqués dans leur possession stérile. Les coéquipiers du capitaine El Kaabi montraient un peu plus de mordant au retour des vestiaires. Après un débordement de Sadaoui côté gauche, le capitaine était ainsi trouvé dans la surface, mais sa reprise était contrée. La riposte malienne ne tardait pas et, sur coup franc, Kanouté disposait d’une énorme occasion, mais sa tête filait jusque à côté !

Ce match s’animait enfin et les Lions de l’Atlas locaux réclamaient ensuite un penalty après un tacle de Samake sur Rahimi, superbement lancé par Hafidi dans la surface. Après plusieurs minutes d’échanges avec la VAR, l’arbitre kényan Peter Waweru ne sifflait pas penalty. Les Maliens s’en sortaient bien tant cette intervention semblait litigieuse. Quelques minutes plus tard, Koné avait la balle de match au bout du pied sur une passe en cloche de Bagayoko, mais Zniti remportait son duel et signait une parade décisive. C’était le tournant du match car, dans la foulée, sur une merveille de corner de Namsaoui, le défenseur central Soufiane Bouftini devançait Sanogo et plaçait une tête imparable pour ouvrir le score (0-1, 69e).

Toujours trop brouillons, les Maliens ne parvenaient pas à proposer une réaction digne de ce nom. Pire, les poulains de Nouhoum Diané pliaient à nouveau sur corner. Bénéficiant d’une remise de Bemaamar, El Kaabi scellait ce match d’une tête plongeante (0-2, 79e). Une belle revanche pour le capitaine marocain, en criant manque de réussite sur ce tournoi et jusque-là buteur seulement sur deux penalties. Réduit à dix suite à l’expulsion de Samake (90e+3), sanctionné d’un deuxième carton jaune après recours à la VAR pour une semelle sur Bemaamar, le Mali s’incline à nouveau en finale, comme en 2016…

Workplace