Workplace

Centrafrique : une vingtaine de morts dans des combats près de Bambari

De violents combats ont repris samedi entre des miliciens de l’unité pour la paix en Centrafrique (UPC) et des mercenaires étrangers dans le village Boyo, situé à environ 40 kilomètres de Bambari, dans la préfecture de la Ouaka, dans le centre du pays, a-t-on appris des autorités locales, mardi.

« Le bilan provisoire fait état d’une vingtaine de morts, principalement des civils. Le village Boyo est totalement rasé et les populations sont actuellement en fuite dans la brousse », a indiqué à l’Agence Anadolu au téléphone le préfet de la Ouaka, Victor Bissekoin.

D’après cette autorité, les combats se poursuivent et « le bilan pourrait s’alourdir car plusieurs villageois ont été atteints par des projectiles ».

Chassés le 14 mai de la ville de Bambari par les forces centrafricaines et leurs aillées, le chef rebelle de l’UPC, Ali Darassa et ses hommes se sont retranchés dans le village Boyo.

Déclarée ville sans armes par les Nations Unies en 2017 à cause des exactions commises par des rebelles, la zone de Bambari a récemment replongé dans des violences, suite à un affrontement entre les rebelles et les soldats des forces armées centrafricaines appuyées par leurs partenaires russes.

Le 16 février dernier, au moins 18 civils centrafricains avaient été tués et plus de quarante personnes avaient été blessés, suite à des combats survenus à Bambari, entre les forces armées centrafricaines (FACA) et des rebelles.

Dans un tweet, le Premier ministre centrafricain, Ngrebada Firmin, avait annoncé que de « nombreux » rebelles avaient été fait prisonniers au terme des combats, sans donner plus de détails.

Agence Anadolu

Workplace