Workplace

Centrafrique : L’opposition menace à nouveau de claquer la porte du comité d’organisation du dialogue

L’opposition centrafricaine a dénoncé la composition du comité d’organisation chargé de préparer le dialogue républicain promis par le Président Touadéra au lendemain de sa réélection, menaçant de claquer la porte à nouveau.


A l’annonce des quotas, l’opposition avait déjà dénoncé une répartition déséquilibrée en faveur du pouvoir avant d’accepter finalement de siéger après avoir obtenu un nombre plus important de places et le retrait de la tutelle du chef de l’État.

« Dans les quotas réservés aux pouvoirs publics, nous avons constaté les noms de quatre ministres, dont le porte-parole de la présidence et celui du directeur de cabinet à la présidence », a relevé à Anadolu, Gervais Lakosso, coordonnateur du groupe de travail de la société civile (GTSC).


« Là c’est une anomalie. Déjà dans seulement l’organe d’organisation de ce dialogue républicain, il y a des mécontents. Donc il y’a déjà une main mise … Cela va poser problème par rapport à l’aboutissement même du dialogue », a-t-il poursuivi ajoutant que « la société civile ne prendra part à ce rendez-vous seulement si le comité d’organisation est équilibré ».

Maître Crépin Mboli-Goumba, président du parti de l’opposition PATRIE (Parti africain pour une transformation radicale et l’intégration des États) a aussi noté le caractère déséquilibré de ce comité qui fait la part belle à la majorité présidentielle et ses différentes déclinaisons alors que les autres entités sont marginalisées.

« Ce déséquilibre organisé à dessein présage de la capitalisation des travaux du dialogue politique inclusif, étant l’ultime possibilité offerte aux Centrafricains de se parler et surtout de corriger les erreurs du vivre – ensemble. L’organisation du dialogue attendu doit être exempte de suspicion afin que les résultats des travaux reflètent les aspirations profondes du peuple centrafricain. Fort de ce qui précède, la PATRIE conditionne sa participation au dialogue à un consensus sur le Comité d’organisation dudit dialogue », a-t-il souligné à Anadolu.

D’après Mboli-Goumba, les partis politiques de l’opposition ainsi que les organisations de la société civile vont se réunir lundi 2 août pour décider sur la marche à suivre suite à ce nouveau décret du Président Faustin-Archange Touadéra qui nomme les membres du comité d’organisation du dialogue républicain.

Touadéra avait signé la semaine dernière un décret modifiant légèrement le comité d’organisation du dialogue républicain, suite à une rencontre avec des opposants centrafricains, ne plaçant plus ledit comité « sous l’autorité directe du chef de l’Etat ».

Agence Anadolu

Workplace