Workplace

Centrafrique: L’opposition accepte de rejoindre le comité d’organisation du dialogue républicain

La COD 20-20, plateforme regroupant les principales figures de l’opposition politique en Centrafrique, a accepté de rejoindre le comité d’organisation du dialogue républicain, a-t-on appris, dimanche, auprès de son porte-parole.

Workplace
Annonces
Workplace

La plateforme de l’opposition centrafricaine avait jugé ce comité d’organisation, créé par décret présidentiel le 30 juin, comme déséquilibré en faveur du parti au pouvoir.

Le Président Faustin-Archange Touadéra a signé un décret modifiant légèrement le comité d’organisation du dialogue républicain, suite à une rencontre avec des opposants centrafricains, ne plaçant plus ledit comité « sous l’autorité directe du chef de l’Etat ».

La COD-2020 a fini par accepter de participer à l’organisation du dialogue.


« Ce nouveau décret répond enfin aux attentes de l’opposition centrafricaine qui depuis quelques semaines bataille pour un équilibre dans le comité d’organisation », a affirmé à l’Agence Anadolu Nicolas Tiangaye, porte-parole de COD- 2020, joint par téléphone.


La coalition de l’opposition affirme, toutefois, accepter cette offre du gouvernement avec certaines réserves.

« Que la prise de décision par consensus et que le caractère inclusif du dialogue soit inscrit dans le règlement intérieur de la commission », a prévenu Tiangaye.

La coalition participera donc au comité d’organisation et sera représentée par les délégués Aurélien Simplice Zingas (ancien ministre et premier vice-président de l’Assemblée nationale) et Serge Psimhis.

Pour rappel, plusieurs grands mouvements d’opposition avaient réagi le lundi 5 juillet 2021, via trois communiqués, à la mise en place du comité d’organisation du dialogue républicain. Ils avaient mis en cause la composition de ce comité.

« Ce comité fait la part belle à la majorité présidentielle et ses différentes déclinaisons », avait dénoncé dans un communiqué l’opposant Crépin Mboli Goumba.

« L’organisation du dialogue attendu doit être exemptée de suspicion », avait ajouté le leader du parti politique la Patrie.

D’après le décret du 30 juin, ce comité préparatoire au dialogue devrait être composé de 24 membres. Son président devrait être nommé directement par le Président Faustin-Archange Touadéra.


Opposition, confession religieuse, pouvoir public, société civile y avaient un poste. Il était placé sous l’autorité directe du Président de la République et devrait “lui rendre des comptes fidèlement”, avait précisé le décret présidentiel.

Agence Anadolu

Workplace