Workplace

Centrafrique : le gouvernement dénonce un complot contre sa coopération avec Moscou

La présidence centrafricaine a rejeté, dans un communiqué officiel, toutes les accusations portées par une enquête d’investigation sur des exactions présumées menées par des mercenaires russes en République centrafricaine, les qualifiant « d‘allégations diffamatoires, fantaisistes et fallacieuses ». Elle a même évoqué un « complot contre les autorités centrafricaines ».

Bangui a estimé que c’est après la tentative du coup d’État manqué du 13 janvier 2021 par la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), qu’« une campagne de désinformation et de manipulation, visant à déstabiliser les institutions de la république et à instaurer un régime favorable aux intérêts stratégiques étrangers, a été savamment orchestrée par des responsables habitués et diffusée par une partie de la presse internationale ».

Selon les autorités centrafricaines, « la raison de cette campagne de désinformation et de manipulation c’est la reprise de la coopération bilatérale entre la République centrafricaine et la Fédération de Russie, y compris le soutien efficace des instructeurs russes dans les opérations de formation et de reconstruction des FACA (Forces armées centrafricaines) dans les territoires occupés par des groupes armés ».

Dans un communiqué vendredi, le 1er vice-président du parlement centrafricain, Evariste Ngamana, a relevé que cette attitude constitue un complot contre la République centrafricaine dans ce qu’il considère comme une guerre de positionnement entre les grandes puissances.

Il a indiqué que « le bureau de l’Assemblée nationale souhaite vivement que l’Union européenne, le Royaume-Uni, les Etats-Unis ainsi que d’autres partenaires prennent du recul par rapport à ce rapport dont les contenus sont totalement erronés face à la réalité du terrain ».

Pour rappel, la semaine dernière, la chaîne CNN et son partenaire The Sentry ont publié une enquête qui démontre que des mercenaires russes sont impliqués dans la torture et le meurtre de civils en République centrafricaine.

CNN et The Sentry ont affirmé qu’ils avaient obtenu des documents confidentiels de l’ONU « qui étayent les accusations portées contre les mercenaires russes par des témoins et des victimes ».

Le document qui a été obtenu par The Sentry et partagé avec CNN a souligné qu’à Bambari (centre) par exemple, « les FACA (Force armées centrafricaines) et les forces bilatérales, en particulier les Russes et les éléments soupçonnés d’être syriens, pourraient avoir commis des crimes de guerre, en particulier en exécutant des civils et d’autres personnes qui ne participaient pas aux hostilités ».

Agence Anadolu

Workplace