Workplace

Centenaire du Maouloud à Ramatoulaye : la communauté Tidjania enseigne les bases de la cohésion sociale

A l’occasion du Maouloud (célébration de la naissance du prophète Mohamed SAW), ce 18 octobre, la confrérie islamique de la Tidjania a convergé vers Ramatoulaye, localité située à 30 kilomètres de Ouahigouya. Cette année marque le centenaire de cette dévotion, à Ramatoulaye. C’était donc avec une saveur particulière que cet événement a été célébré.

Vidéo de l’événement

Depuis 1921, Ramatoulaye dans la commune rurale de Namisguima, province du Yatenga, a toujours célébré sans discontinuer la naissance du prophète Mohamed. Le Maouloud, dans la localité, a été institué par le Cheick Aboubacar Maïga 1er, grand-père de l’actuel guide spirituel, le Cheick Aboubacar Maiga II. Au fil du temps, la manifestation a pris une grande dimension. De nos jours, Ramatoulaye est considérée comme une ville sainte, et une horde de fidèles d’ici et d’ailleurs y vont se recueillir chaque année. «Ces 100 ans nous ont permis d’envoyer une ferveur religieuse au Burkina Faso… Ça a permis a beaucoup de personnes de se ressourcer et d’avoir une certaine base religieuse», a fait savoir Yacouba Sawadogo, secrétaire général de la Tidjania.

Pour la célébration particulière de cette année, le thème qui a été retenu est :«100 ans de ferveur religieuse : quelles contributions de la Tidjania en matière de spiritualité, de vivre-ensemble et de cohésion sociale pour la paix au Burkina Faso?».

Le Président de l’Assemblée nationale, Alassane Bala Sakandé, a été choisi comme président de la célébration.

Le Président de l’Assemblée nationale s’est dit honoré par ce choix sur sa personne. « C’est un honneur pour moi, c’est un honneur pour l’Assemblée nationale, d’avoir été associés à ces centenaires du Maouloud à Ramatoulaye… Nous sommes venus prier pour la paix et pour que chaque Burkinabè puissent exprimer librement sa foi religieuse», a laissé entendre le Président Alassane Bala Sakandé.

Alassane Bala Sakandé

Prenant la parole au nom de son père Cheikh Aboubacar Maiga II, le Docteur Cheick Sidi Mohamed Maiga a indiqué le bien fondé du Maouloud. «La célébration de la naissance du prophète contient toujours les motions de remerciement de la venue du prophète parmi les créatures de Dieu, car c’est à travers lui que nous avons cru en l’existence d’Allah unique, c’est à travers lui que nous avons su distinguer le bien du mal, faire la différence entre la justice et l’oppression,… En un mot, notre prophète est un idéal pour toute l’humanité. C’est donc dire que toute personne ayant la capacité de célébrer cette noble naissance doit se donner à fond tout en gardant une maitrise de soi et en restant dans le juste milieu », a-t-il prêché.

Dr Cheick Sidi Mohamed Maiga

Revenant sur le thème choisi, le Docteur Maiga a mis en exergue les enseignements de la religion, en ce qui concerne la cohésion sociale. «Qui dit le prophète Mohamad Sallal lahou aleihi wa salam, dit l’Islam. L’Islam enseigne également la morale pour servir toute humanité. En effet, le coran énonce plusieurs règles de civisme et de morale afin de faciliter la cohabitation pacifique des peuples et la cohésion sociale dans le monde», a-t-il évoqué, avant de poursuivre sur les recommandations prescrites en matière de prêche islamique: «En tout état de cause, il est prescrit de véhiculer la parole d’Allah avec une sagesse. Il est recommandé alors au musulman d’utiliser la sagesse et une bonne exhortation pour appeler les gens à la voie d’Allah, et de discuter avec eux de la meilleure façon, car c’est le seigneur qui connait celui qui s’égare de son sentier et ceux qui sont bien guidés».

En raison des menaces d’insécurité qui pèse sur la zone, le cérémonial qui se tenait habituellement la nuit, a été ramené dans la journée. Toutefois, les prières et invocations ont bien continué de 22h à l’aube.

Workplace