Workplace

Burkina : l’Etat Islamique au Grand Sahara revendique des attaques récentes

Dans son dernier bulletin hebdomadaire Al-Naba, daté de mi-septembre 2022, le groupe terroriste Etat Islamique a revendiqué, pour le compte de sa branche au Grand Sahara, des récentes attaques au Burkina Faso, précisément dans l’Oudalan. L’information a été donnée par la plateforme anglophone Menastream.

Workplace
Annonces
Workplace

Les attaques revendiquées ont eu lieu dans la province de l’Oudalan, région du Sahel. Il s’agit d’abord de l’attaque contre le détachement militaire de Déou le 12 septembre 2022. Selon le bilan officiel dressé par l’Arnée burkinabè, au cours de cette attaque, deux militaires sont tombés, et une dizaine d’autres blessés. Côté ennemi, une dizaine d’assaillants ont été abattus.

Il s’agit ensuite de l’embuscade contre le 11ème Régiment d’Infanterie Commando (RIC) de Dori, le 14 septembre sur l’axe Déou-Oursi. Un attentat ayant tué 07 soldats et blessé 13 autres, selon les chiffres officiels.

L’Etat Islamique au Grand Sahara a également affirmé avoir tué 8 combattants du Groupe de Soutien à l’Islam et aux Musulmans (GSIM ou JNIM), en avoir blessé d’autres, et brûlé 13 motos à « Koutougoua » dans la zone de Dori, ce qui correspond à un affrontement entre les deux groupes terroristes du 10 au 11 septembre signalé au sud-est de Pétanouri (Gorom-Gorom). La localité citée est vraisemblablement Gountoudié (Gorgadji), selon Menastream.

Un détail important à relever : des sources de Menastream indiquent que les deux attaques ont été menées respectivement par le JNIM et l’EIGS. Le JNIM contre le détachement militaire de Déou, et l’EIGS concernant l’embuscade contre une patrouille du 11ème RIC près d’Oursi. La divergence des détails dans la revendication de l’EIGS renforce cette hypothèse, selon Menastream.









Workplace