Workplace

Burkina Faso : plus de 300 disparus au premier semestre (CICR)

Le Comité International de la Croix Rouge au BF (CICR) a annoncé lundi, avoir été approché par des familles concernant 300 personnes portées disparues au cours du premier semestre de 2021 au Burkina Faso.

Dans une déclaration publiée lundi, à l’occasion de la journée internationale des disparus, la délégation du Comité International de la Croix Rouge au Burkina Faso (CICR) a souligné que “des nouveaux cas de demandes de recherches concernant 104 personnes recherchées en 2019, 407 pour l’année 2020, et pour le premier semestre de 2021 nous avons déjà été approchés par des familles concernant 300 personnes portées disparues”.

Sur le continent africain, le CICR et les Sociétés nationales affirment avoir recensé “actuellement 48 000 personnes portées disparues” tout en prévenant que ce chiffre ne représente qu’une “fraction” du nombre réel de disparitions et de l’immense crise humanitaire à laquelle fait face le continent.

“Être disparu c’est être ni mort ni vivant, alors les familles entrent aussi en +non-vie+”, souligne le CICR qui rappelle que ces familles vivent un traumatisme en continu.

Le rétablissement des liens familiaux et la recherche de personnes disparues sont des gestes humanitaires fondamentaux, selon le CICR qui ajoute que cette action “sauve des vies” (…) c’est l’illustration par excellence des principes d’humanité”.

Les causes de ces disparitions, sont entre autres, les conflits armés sur le continent africain, les enlèvements et les déplacements incontrôlés des individus fuyant ces conflits et la pauvreté vers d’autres pays ou continents, selon les observateurs.

Avec l’Agence Anadolu

Workplace