Burkina Faso : les attaques à la mine artisanale se multiplient

Un militaire burkinabè a été tué et deux autres blessés ce mercredi 21 juillet, dans l’explosion d’un engin explosif improvisé dans la Kompienga. C’est le dernier drame en date d’une série d’explosions à la mine artisanale dans plusieurs localités du Burkina, ces derniers jours.

Mercredi, une moto de l’armée a été visée par un engin explosif improvisé dans la forêt de Madjoari dans la province de la Kompienga (Est) tuant un militaire et blessant deux autres, a rapporté la plateforme de suivi des attaques terroristes « Sahel Sécurity ».

L’attaque a été confirmée entre autres par L’Observateur Paalga, qui rappelle que les forces armées nationales ont mené mercredi une opération dans la forêt de Madjoari afin de débusquer les terroristes.

L’attaque n’a pas été revendiquée jeudi jusqu’à 8H 00 GMT.

Selon un élu local joint au téléphone par Anadolu, mardi, alors que le pays célébrait la fête de l’Aïd al-Adha, des individus armés non identifiés ont fait irruption dans le village de Sambin-Nabitenga (Centre-Nord) où ils ont tué un civil.

Samedi dernier, deux enfants âgés d’une dizaine d’années ont été tués sur l’axe Toulfé-Rimassa, dans la province du Loroum (région du Nord du Burkina Faso), au passage de leur moto sur un engin explosif improvisé, selon des sources sécuritaires.

La veille, vendredi, un militaire avait été tué et quatre autres blessés, dans l’explosion d’un engin explosif improvisé au passage de leur véhicule dans la localité de Doublé dans le Centre-Nord.

Avec l’Agence Anadolu