Workplace

Bobo : les acteurs du privé et du public formés sur la facture normalisée

La Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso (CCI-BF), en collaboration avec la Direction Générale des Impôts (DGI), a organisé ce mardi 13 juillet à Bobo-Dioulasso, une formation sur la facture normalisée et les téléprocédures. De nombreux acteurs des secteurs public et privé de Bobo ont bénéficié de cette formation.

Workplace
Annonces
Workplace

La falsification des factures d’achats réels, l’établissement de factures d’achats fictifs, la constitution d’entreprises imaginaires, sont quelques-unes des nombreuses malversations effectuées en matière de Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA). Pour mettre fin à ces mauvaises pratiques, la Direction Générale des Impôts (DGI) envisage la mise en circulation très prochaine de nouvelles factures appelées “factures normalisées”.

Dans l’optique de permettre à l’ensemble des acteurs de comprendre les tenants et les aboutissants, ainsi que les avantages de cette nouvelle forme de facture, la CCI-BF, en collaboration avec la DGI, a initié une session de formation et de sensibilisation à l’intention des acteurs du public et du privé, le mardi 13 juillet 2021 au siège de la Direction Régionale de la CCI-BF dans les Hauts-Bassins, à Bobo-Dioulasso.

La facture normalisée est une facture comportant un ensemble de mentions obligatoires. Elle est sécurisée par un sticker, et répond à certaines caractéristiques.

Durant deux heures, à travers une présentation théorique et pratique, la Chambre de Commerce et d’Industrie, et la Direction Générale des Impôts, ont expliqué les enjeux de la facture normalisée et les avantages liés à son utilisation, aux acteurs des entreprises privées et publiques des Hauts-Bassins.

Il s’est agit, dans un premier temps, de sensibiliser les acteurs des entreprises privées sur l’usage des stickers pour la sécurisation de leurs factures. Dans un second temps, les agents du public, qui prenaient également part à la session de formation et de sensibilisation, ont été invités à prendre en compte les usages des stickers dans la chaîne de la dépense publique.

«Nous sommes très ravis de la mobilisation que nous avons constatée. Ce qui marque un intérêt des opérateurs économiques et des agents publics sur la question de la facturation normalisée», a dit la Directrice de la Facturation Normalisée et des Téléprocédures de la CCI/BF, Nina Christelle KIELEM.

Au terme de cette session, qui constitue la phase de sensibilisation des acteurs du privé et du public, la CCI-BF et la DGI espèrent que les entreprises s’approprieront les avantages de cette nouvelle procédure de facturation. Ainsi, affirme la Directrice de la Facturation Normalisée et des Téléprocédures de la CCI/BF, quand les stickers seront disponibles, les entreprises commenceront à les utiliser, qu’elles soient à la contribution des microentreprises ou au réel simplifié d’imposition. Ce qui va permettre à toutes les entreprises du Burkina d’utiliser les stickers, comme les grandes entreprises le font déjà pour sécuriser leurs factures.

Selon toujours Madame KIELEM, les stickers de la facture normalisée n’auront pas les mêmes coûts. Ils seront un peu moins chers que ceux du réel normal.

Enfin, les stickers sont déductibles des charges d’entreprises, et ce n’est pas un nouvel impôt, a fait savoir Nina Christelle KIELEM, la Directrice de la Facturation Normalisée et des Téléprocédures de la CCI/BF.

Gibran MILLOGO, Correspondant de ACTUALITE.BF dans les Hauts-Bassins

Workplace