Workplace

Attaque de la prison de Nouna : un mort, une soixantaine d’évadés et des dégâts matériels

Une attaque terroriste perpétrée par des terroristes dans la nuit de samedi à dimanche à la prison civile de Nouna, dans la province de la Kossi, a fait un mort, une soixantaine de prisonniers évadés, dont une femme, ainsi que de nombreux dégâts matériels, informe l’AIB qui cite des sources locales.

Selon un témoin joint par l’AIB, un véhicule de service, deux motos du personnel, de même qu’une somme d’argent, ont été emportés par les assaillants.

La même source indique que le véhicule personnel du directeur de la maison d’arrêt et de correction de Nouna et trois engins du personnel ont étés également incendiés.

Le constat sur les lieux, après le départ des terroristes, fait ressortir des murs criblés de balles, des portes défoncées , des bureaux saccagés et brûlés.

Les informations font ressortir que les assaillants sont arrivés dans la nuit du samedi 7 au dimanche 8 mai 2022 vers 00 heure 10 minutes et ont mené l’attaque jusqu’à 5 heures.

Ils seraient venus de vers Sanaba, à bord de trois véhicules, de tricycles et sur des motos.

« Ils ont effectué des tirs aux armes lourdes à l’entrée de la ville de Nouna, avant de se diriger à la maison d’arrêt de Nouna où ils ont forcé les portes et libéré les détenus », rapporte un habitant de la localité, cité par l’AIB.

La réplique des Forces de défense et de sécurité (FDS) et de leurs supplétifs, les dozo (chasseurs traditionnels), a été immédiate.

C’est au cours de la riposte qu’un membre de la confrérie dozo a reçu une balle. Transporté au Centre hospitalier régional (CHR) de Dédougou, il a, malheureusement, rendu l’âme des suites de ses blessures ce dimanche matin.

Les hommes armés non identifiés auraient aussi visité le dépôt pharmaceutique du Centre médical avec antenne chirurgicale (CMA) de Nouna, avant de quitter la ville.

C’est à partir de 7 heures, ce dimanche matin, que la vie a essayé de reprendre progressivement à Nouna, après cette nuit de grande frayeur.

A noter que depuis le 1er mai 2022, la ville est en proie à des nombreuses incursions sporadiques des terroristes

Source : Agence d’information du Burkina (AIB)

Workplace