Workplace

Assemblée générale des médiateurs de l’UEMOA : le point des travaux au Premier Ministre

L’Association des médiateurs des pays membres de l’Union Economique et Monétaire Ouest-Africaine (AMP-UEMOA) a été reçue ce jeudi 9 juin 2022 dans la matinée, par le Premier ministre, Albert Ouédraogo. Le porte-parole de la délégation, maître Demba Kandji, par ailleurs médiateur de la République du Sénégal, a indiqué à la fin de l’audience, qu’ils sont venus faire au chef du Gouvernement burkinabè, le compte rendu des travaux de leur 6e Assemblée générale qui s’est tenue à Ouagadougou, les 7 et 8 juin derniers.

Workplace
Annonces
Workplace

A l’issue des travaux de sa 6e Assemblée générale, l’Association des médiateurs de l’espace UEMOA s’est déportée ce jeudi matin à la Primature. « Nous avons pendant toute cette semaine, réfléchi ensemble, d’abord sur les défis auxquels notre espace communautaire est confronté. Nous avons ensuite renouvelé notre bureau, conformément à nos statuts. Nous sommes venus voir Monsieur le Premier ministre, pour lui rendre compte de tout cela », a déclaré maître Demba Kandji, le porte-parole des médiateurs des huit pays de l’UEMOA.
Selon lui, les pays membres de l’UEMOA sont confrontés à des défis sociopolitiques et des crises sécuritaires. Le citoyen étant au centre des actions des médiateurs, ils ont donc réfléchi au cours de leur rencontre, sur la paix et la sécurité. L’AMP-UEMOA s’est dite rassurée après s’être entretenue avec le Premier ministre, Albert Ouédraogo, parce que du discours que celui-ci a tenu, il ressort qu’il est à un niveau d’information plus élevé sur ces questions. « Il connaît l’importance du médiateur de la République qui est au centre de la démocratie administrative, qui permet au citoyen, d’accéder à l’administration, de défendre ses droits », s’est réjoui maitre Demba Kandji.
Par ailleurs, le porte-parole des médiateurs a révélé que leur Assemblée générale s’est intéressée à travers une déclaration, à la situation du Mali, un des pays membres de l’Union, sur qui pèse de lourdes sanctions imposées par la CEDEAO. L’AMP-UEMOA a dit avoir demandé de lever au plus vite ces sanctions, pour le bien-être des populations.
Dans une autre déclaration, les médiateurs ont tenu à marquer l’ancrage institutionnel du médiateur de la République dans l’Etat de droit. Pour M. Kandji, c’est une position forte exprimée par l’autorité au Burkina Faso, qui a constitutionnalisé l’institution du médiateur de la République et qui l’a située au centre des institutions de la Transition.
« Nous enfonçons des portes ouvertes, parce que tout le monde n’a pas ce bonheur qu’a l’institution du Burkina Faso. C’est une réclamation légitime que nous exprimons auprès des autorités de l’UEMOA, pour que cette institutionnalisation et cette constitutionnalisation soient étendues à toutes les institutions de l’espace communautaire », a-t-il plaidé.
DCRP/Primature

Workplace