Workplace

Dr Abdoul Karim SAIDOU : “on ne peut pas limiter le nombre de partis…”

Après la déclaration de politique générale du Premier Ministre Christophe Joseph Marie DABIRE à l’Assemblée nationale, les spéculations vont bon train sur les grandes lignes évoquées dans son discours. Pour analyser les annonces faites et l’aspect générale de la déclaration, nous avons joint le Dr Abdoul Karim Saïdou au téléphone. Le Docteur SAIDOU est politologue et enseignant à l’Université Thomas SANKARA.

Sur la préoccupation de la multitude de partis politiques posée par le Président de l’Assemblée nationale, le Dr Abdoul Karim SAIDOU creuse les pistes de la légalité d’une telle démarche : «Au regard de la Constitution, on ne peut pas limiter le nombre de partis politiques… Si l’Administration appliquait les textes à la lettre en sanctionnant par des mesures de suspensions, voire de dissolutions des partis qui ne respectent pas leurs statuts, par exemple, ceux qui ne tiennent pas les réunions statuaires dans les délais, si on applique les textes de façon rigoureuse, cela peut contribuer à réduire le nombre de partis politiques». Il a en outre parlé d’une réforme au niveau du financement des partis politiques, car, pour lui, il y a un lien entre le financement public des partis politiques et leur prolifération. Le Dr Abdoul Karim SAIDOU reste cependant pessimiste quant à un consensus de la classe politique sur une réforme radicale tendant à réduire leur nombre de partis. Il suggère quand-même de revisiter la loi proposée sur les réformes des partis politiques pendant la Transition post-insurrectionnelle.

L’autre sujet politique évoqué est le report des élections municipales de mai 2021 envisagé par le Premier ministre. Le politologue voit d’un bon œil cette décision, car il est nécessaire selon lui de faire des réformes avant ce scrutin : «Plutot que de dépenser des milliards pour organiser des élections, et après faire des réformes qui vont perturber le fonctionnement des institutions qui seront mises en place, la logique voudrait qu’on fasse ces réformes avant ». Il se pose encore la problématique du consensus au niveau des partis politiques afin de mener sereinement les réformes à temps, parce qu’il est important de tenir ces élections dans des délais légaux.

Le Dr Abdoul Karim SAIDOU a enfin fait une lecture globale du discours de Christophe Joseph Marie DABIRE à l’hemicycle. Sur le fond du discours, il note une cohérence entre la Déclaration de politique générale du Premier ministre et le programme électoral du Président KABORÉ. Cependant, «le Premier Ministre est resté parfois très vague sur certaines questions, il manquait des précisions et des indicateurs pour évaluer l’action gouvernementale». Il note également que le Premier linistre n’est pas allé en profondeur sur le sujet de la réconciliation nationale.

Sur les politiques publiques, Abdoul Karim SAIDOU constate une continuité des initiatives précédentes. Néanmoins, l’annonce phare est la réforme de l’administration territoriale qui est un élément important dans la réforme de l’Administration, selon notre analyste. «De façon globale, on peut dire qu’entre les déclarations de politique générale qu’on a vues, d’abord avec Paul Kaba THIEBA et ensuite avec Christophe Joseph Marie DABIRE, il n’y a pas de grandes différences», a-t-il conclu.

Workplace