Workplace

Afrique du Sud : 6 morts et 219 arrestations sur fond de protestations contre l’incarcération de Jacob Zuma

La police sud-africaine a déclaré, lundi, qu’au moins six personnes ont perdu la vie depuis le début des violentes manifestations qui ont suivi l’incarcération de l’ancien président Jacob Zuma.

Le porte-parole de la police, Lirandzu Themba, a déclaré que les forces de l’ordre ont procédé à 219 arrestations liées à ces violences – 96 dans la province du Gauteng, qui comprend Johannesburg et Pretoria, et 123 dans la province côtière du KwaZulu-Natal.

Les manifestations et les pillages, qui ont commencé jeudi dans le KwaZulu-Natal et se sont étendus à Johannesburg samedi, se sont poursuivis tôt lundi avec le saccage de grands centres commerciaux. Le Brookside Mall de Pietermaritzburg, dans le KwaZulu-Natal, a été incendié lundi matin.

Zuma, 79 ans, a commencé, mercredi soir, à purger une peine de prison pour outrage à la cour dans le KwaZulu-Natal, et les manifestations qui ont suivi se sont, jusqu’à présent, largement limitées à la province côtière.

La plupart des magasins visés à Johannesburg, samedi, étaient gérés par des migrants originaires de pays tels que le Pakistan, le Bangladesh, l’Éthiopie et la Somalie, mais les pillages se sont étendus pour viser les principaux magasins appartenant à des Sud-Africains dans les centres commerciaux.

Les commerces de la périphérie de Johannesburg et certaines parties du quartier central des affaires sont restés fermés lundi. Les rues de certaines parties de Johannesburg étaient jonchées de débris, preuve d’un week-end de violentes échauffourées entre la police et les émeutiers.

Lundi matin, des policiers ont été vus engagés dans des affrontements avec des pillards dans le township de Soweto et à Eldorado, au sud de Johannesburg.

Des manifestants ont été vus en train de s’enfuir avec des biens volés, notamment des appareils électroniques, des produits alimentaires et même des matelas.

Certains manifestants ont été vus en train de lancer des pierres contre la police, qui a répondu par des balles en caoutchouc et des grenades assourdissantes.

*Traduit de l’Anglais par Mourad Belhaj

Agence Anadolu

Workplace