Workplace

Afrique : 118 millions de personnes exposées aux aléas climatiques d’ici 2030 (OMM)

D’ici 2030, jusqu’à 118 millions de personnes seront « exposées à la sécheresse, aux inondations et aux chaleurs extrêmes en Afrique si des mesures adéquates ne sont pas prises », a annoncé, mardi dans un communiqué, l’Organisation météorologique mondiale, OMM.

L’OMM a lancé l’alerte à l’occasion de la publication d’un rapport sur l’état du climat en Afrique 2020.

« L’Afrique connaît une augmentation de la variabilité météorologique et climatique, qui entraîne des catastrophes écologiques et sociales. D’ici 2030, on estime que jusqu’à 118 millions de personnes extrêmement pauvres seront exposées à la sécheresse, aux inondations et aux chaleurs extrêmes en Afrique si des mesures adéquates ne sont pas prises », a déclaré Josefa Leonel Correia Sacko, commissaire à l’économie rurale et à l’agriculture de la Commission de l’Union africaine à l’OMM.

Selon le secrétaire général de l’OMM, Petteri Taalas, au cours de l’année 2020, les indicateurs climatiques en Afrique ont été caractérisés par « une augmentation continue des températures, une accélération de l’élévation du niveau de la mer, des phénomènes météorologiques et climatiques extrêmes, tels que les inondations, les glissements de terrain et les sécheresses, et les impacts dévastateurs associés », a-t-il déclaré.

« La fonte rapide des derniers glaciers d’Afrique de l’Est, dont on s’attend à ce qu’elle soit totale dans un avenir proche, nous alerte d’un changement imminent et irréversible du système Terre », a-t-il ajouté.

L’OMM s’inquiète aussi de « l’élévation du niveau de la mer et la fonte des glaciers emblématiques du continent » et met en évidence « la vulnérabilité disproportionnée de l’Afrique et montre comment les avantages potentiels des investissements dans l’adaptation au climat, les services météorologiques et climatologiques et les
systèmes d’alerte précoce l’emportent largement sur les coûts ».

Le rapport de l’OMM est publié le 19 octobre 2021, à l’occasion de la session extraordinaire du Congrès météorologique mondial et dans la perspective des négociations des Nations Unies sur le changement climatique qui se dérouleront dans le cadre de la COP 26.

Il vient s’ajouter aux éléments scientifiques qui prouvent l’urgence de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre, de renforcer les ambitions en matière de climat et d’allouer davantage de financements à l’adaptation.

L’Organisation météorologique mondiale est une agence spécialisée des Nations Unies qui fait autorité pour tout ce qui concerne l’état et le comportement de l’atmosphère terrestre, son interaction avec les océans, le climat qui en est issu et la répartition des ressources en eau qui en résulte.

Agence Anadolu

Workplace