Workplace

Abdoul Karim Sango : «l’Education ne saurait être un sujet de politique politicienne»

Le Parti pour la Renaissance National (PAREN) a animé une conférence de presse ce jeudi 08 avril 2021. Plongé dans son chantier de réorganisation, le parti a annoncé son congrès pour les 28 et 29 avril 2021. Cette rencontre a été l’occasion pour le PAREN de se prononcer sur certains sujets d’actualité.

Le Parti fondé par le Professeur Laurent BADO n’a pas obtenu les résultats escomptés au sortir des élections législatives du 22 novembre 2021. En effet, le PAREN n’a pas pu obtenir un siège de député à l’hemicycle pour les cinq prochaines années. Pour rectifier le tir, un comité de réorganisation a été mis en place avec à sa tête le Dr Abdoul Karim Sango, ancien ministre de la culture. Comme à l’accoutumée le «parti des idées» comme le réclame ses militants, a donné ses points de vue sans équivoque sur des sujets au cours de cette conférence.


Le premier sujet abordé par le Le Parti de la renaissance nationale est la réconciliation nationale. «Le PAREN a la conscience tranquille pour s’engager dans un processus de réconciliation nationale. Ses responsables font partie des Burkinabè les plus légitimes pour soutenir un tel processus», a laissé entendre Abdoul Karim Sango, président du Comité de réorganisation du parti.
Le parti recommande néanmoins que le processus se tienne sur le principe vérité, justice et réconciliation, selon la nature de chaque dossier. «Au regard du contexte assez particulier, où c’est plutôt la haine entre des acteurs politiques qui a alimenté le processus de division du peuple, que soient préservés prioritairement et principalement les intérêts des familles des victimes », a nuancé le premier responsable du parti avant d’appeler à un jugement sans humiliation pour l’ancien président Blaise COMPAORÉ. Il invite par ailleurs le président du Faso a user de ses prérogatives de grâce, si possible, afin de favoriser cette réconciliation.

Le deuxième sujet, et non le moindre, est la question des réformes de l’Education nationale. Le parti a exhorté les Burkinabè à tout mettre en œuvre pour sauver le système éducatif. Il a invité les éducateurs à s’assurer des réformes entreprises pour l’intérêt des apprenants . « L’éducation souffre déjà de beaucoup de maux au Burkina… Elle ne saurait être un sujet de politique politicienne, sauf à faire preuve d’une inconscience maladive. Ce qui doit nous préoccuper aujourd’hui, c’est la qualité de la formation donnée aux apprenants, et les possibilités de celle-ci en termes d’accès à l’emploi», a relevé Abdoul Karim Sango.

Avant de conclure, Abdoul Karim Sango est revenu sur d’autres sujets de société tel que l’homosexualité. Sur ce point, il a été clair : «Le PAREN est opposé à l’admission légale de l’homosexualité. Le président Macky Sall l’a dit clairement à Dakar au président Barack Obama. On ne peut pas parler de diversités culturelles en voulant qu’on copie ce qui n’est même pas bon. Oui à l’ouverture, mais pas en se reniant. Mais le PAREN ne va pas jeter à la vindicte populaire nos frères qui pratiquent l’homosexualité. Mais dire qu’on va faire des marches et demander des lois pour adopter des enfants, non! Notre philosophie politique, c’est afficher notre identité et non pas suivre les autres»

D’autres thématiques comme le changement climatique ont aussi été évoquées. Le PAREN a invité les Burkinabè à une prise de conscience véritable sur les enjeux du changement climatique, et à l’adoption d’un comportement responsable.

Workplace