Workplace

Congrès du PAREN : le parti de BADO se renouvelle pour se relever

Ouvert ce 28 mai, le congrès extraordinaire du PAREN (Parti de la Renaissance Nationale) a refermé ses portes dans l’après-midi de ce samedi 29 mai 2021 au Conseil Burkinabè des Chargeurs (CBC). C’est sous le thème « Refonder le Burkinabè nouveau sur le socle du développement endogène » que ce congrès s’est tenu.

Abdoul Karim SANGO répondant aux questions de la presse à l’issue du Congrès

Etaient présents à la cérémonie, les représentants de la majorité présidentielle, de l’opposition politique, et de partis politiques ivoiriens et maliens.

A l’issu du congrès, le Bureau exécutif du parti a été mis en place. Et c’est Abdoul Karim SANGO qui a été confirmé au poste de président du PAREN.

Dans un premier temps, Les congressistes, par la voix de Alassane KAFANDO, ont demandé la conception d’un nouveau logo du PAREN, “traduisant davantage sa philosophie, sa doctrine, et ses ambitions pour un Burkina nouveau…”.

Ensuite, c’était au tour de Vincent DABILGOU de prendre la parole, au nom des partis de la majorité. Il a salué l’originalité du thème et a félicité les congressistes pour leur “mobilisation remarquable”. « Le président Roch Marc Christian KABORE dit à chacun de nous, en tant que parti politique, de s’organiser parce que les enjeux de notre pays pour le développement sont immenses et les problèmes de développement en Afrique sont complexes », a-t-il ajouté.

Quant à Ablassé OUEDRAOGO, représentant du chef de file de l’opposition, il a déclaré que le seul dénominateur commun qui rassemble tous les partis, c’est le Burkina Faso.

Dans son allocution, le nouveau président du PAREN a souligné que depuis 1999, le parti interpelle les Burkinabè et les Africains sur “la nécessité d’envisager le développement à partir de nous-mêmes”. Dans cette veine, il a rendu hommage à d’illustres anciens qui ont mené ce combat, notamment Daniel Ouezzin COULIBALY que le PAREN considère comme “le grand-père de son organisation, qui, déjà en 1958, exigeait que l’on laisse les Burkinabè et les Africains le soin de définir par eux-mêmes et dans le calme, les voies et moyens d’accéder au développement ».

Prenant la parole, le fondateur du PAREN, Laurent BADO, a félicité les militants de son parti et les a encouragés à poursuivre sur la voie des idées. Une voie d’autant salutaire, pour lui, que le Burkina est gueté par un danger qui pourrait survenir dans 9 ans.

Le PAREN a été créé en 2000 par le Professeur Laurent BADO. Depuis lors, il a obtenu des sièges de députés dans pratiquements toutes les législatives. A la présidentielle de 2015, son candidat à la présidentielle, Tahirou BARRY, était atrivé 3ème. Puis le parti a connu des dissensions. Aux dernières élections législatives, il est sorti bredouille. Suite à cet échec, le bureau avait démissionné en bloc le 30 décembre 2020. Abdoul Karim SANGO avait alors été désigné président du Comité de réorganisation du parti.

Workplace